Lassie chez Marvel

Blaze the Wonder Collie #2 & 3
October 1949 / February 1950

Sans titre-2 copier.jpg

Auteurs inconnus

Blaze était un chien de concours renommé gagnant prix sur prix.

Mais il est kidnappé pour être vendu à l’armée pour être entrainé comme chien de combat.

Blaze s’adapte et devient un vrai soldat canin bien qu’il soit meilleur protecteur que chien de combat. Il est naturellement intégré dans le service de la croix rouge.

Et la Normandie vit le débuts de ses exploits de chien de guerre où il se lie d’amitié avec le Dr Glenn Forrest. Blaze lui sauve la vie à plusieurs reprises.


Blaze, le chien qui ne mange pas ses pansements.

Mais de retour aux USA, la fille de l’ancienne propriétaire de Blaze, Judy, le reconnait dans le journal qui conte ses exploits. Mme Kennel réclame alors le retour de son chien.

Néanmoins, Blaze se languit de son ancien maitre….
Alors qu’elle promène Blaze, Judy tombe sur un saboteur nazi qui tente d’échapper à la police. Il prend la jeune femme en otage dans l’usine qu’il a piégée mais Blaze intervient alors même que la bombe explose.

Le Dr Forrest fait alors son apparition et sauve Judy des décombres.


La mère de Judy accepte de remettre Blaze à Glenn pour le remercier d’avoir sauvé la vie de sa fille.

Glenn et Blaze sont de nouveau réunis.

Blaze The Wonder Collie #3

Blaze sauve Tadd, un jeune orphelin, perdu dans une tempête de neige. Tadd sera finalement recueilli par le Dr Glenn Forrest. Il finira par être confié définitivement au Docteur qui dans le même temps se fiance avec sa promise Judy Kennels, la fille de l’ancienne propriétaire de Blaze.

Blaze : son of Chewbacca ?

Blaze : « il fait aussi Torero ^^ »

« Les chiens, c’est trop bien pour les happy-end »


 Blaze, The Wonder Copier/Colley

L’année 1949 est une phase délicate pour Timely qui doit faire face à la désaffection du public pour les super-héros et à une critique de plus en plus forte des comics menée par le Dr Werthman.

Editorial présent dans les publications Timely à l’époque.


On ne parle pas encore de censure ou de comics code mais Timely prend les devants et montre patte blanche. Les histoires maintenant approuvées par Dr. Jean Thompson, un « Child psychiatrist » au « Guidance Bureau of the New York City Board of Education ». Bref, ça en jette un max et permet à Timely de répondre aux détracteurs.


Dans ce contexte, « Blaze the Wonder-collie » est donc présenté comme le « comics le plus respecté d’Amérique ». Quoi de plus beau et de moins attaquable que les histoires d’un chien héroïque et courageux (et vétéran de guerre qui plus est).

Publicité pour Blaze #2


Dés la première page, on nous annonce qu’il y a tellement d’histoires sur Blaze qu’il a été dur de choisir celle qui inaugurerait ce premier numéro.

Le choix s’est porté sur la rencontre de Blaze et de son maitre : le docteur Glenn Forrest. Pour la suite est prévue sa rencontre avec Tad le garçon en couverture, l’histoire de son noble géniteur : Fury ainsi que d’autres passionnants récits basés sur les histoires vraies de Blaze, le fils de Fury.

J’entends déjà les questions : » Premier numéro mais c’est le # 2″ ? « Il existe en vrai le chien ? » « Il ne ressemble pas à Lassie ? » « T’as une vraie vie Sim ? »

A toutes ces questions, je répondrais « c’est normal », « non », « oui » et « ca dépend ».

Comme pas mal de comics à l’époque, si les séries peuvent changer de titres tout en conservant la numérotation. le #1 de Blaze est en fait Molly Manton’s Romances.

Entre la couverture photo et son introduction, le comics a l’air de jouer sur l’idée que le titre est une adaptation de films à succès (dans ce cas précis : Lassie).

L’histoire de Blaze # 2 reprend d’ailleurs les grandes lignes du second film de Lassie « Son of Lassie » où Candy, le fils de Lassie est enrôlé, entrainé et part combattre en Norvège avant de revenir au pays en héros. Le #3 est mix de différentes idées d’autres films de Lassie mêlant gentil orphelin et sauvetages dans la tempête de neige à répétition.


Bref, « Blaze, son of Fury » n’est ni plus ni moins qu’une copie de Lassie.

A la fin du #3, on annonce pour le numéro suivant l’histoire du père de Blaze : Fury.

Mais à cause de méventes ou de pressions de la MGM qui lance son propre comics « Lassie », le titre s’arrête là.

On retrouvera Blaze dans un court récit de 2 pages (« Blaze lends an helping Paw ») dans Rex Hart #8 (puis dans Man comics #6) et une réimpression d’un court texte issu de Blaze # 2 (« Blaze reports for bravery ») dans War Comics #1.

Malgré tout pour autant que j’ai pu chercher, Blaze the Wonder Collie serait le premier chien à bénéficier de son propre comics book devançant Lassie de quelques mois.

Vu le peu d’originalité de ce Lassie masculin, Blaze ne réapparaitra pas (encore que même ce changement de sexe ne soit pas vraiment nouveau car Lassie était jouée par des mâles dans les films. Les femelles perdant une partie de leur toison selon les saisons. De plus la plupart des garçons fans de Lassie l’imaginait également comme un mâle). Même si les histoires de Fury sont gentiment distrayantes, ce sont les back-ups avec Diablo un ours sauvage porté sur l’hydromel sont bien plus amusantes.

Malgré sa courte carrière, Blaze possède sa propre fiche dans le « Marvel Pets Handbook » de 2009.

Rex (Blackwulf #3 – 1994)

Blaze serait ainsi réincorporable dans le Marvel Universe et pourrait avoir rencontré, par exemple, Captain America ou Nick Fury sur les champs de bataille. Il semble plus dur d’imaginer un retour à l’époque moderne. A moins qu’Ultron ne se soit servi de ses schémas cérébraux pour créer son chien : Rex. ^^

 


Chacun cherche son chien

 

Selon les spécialistes, le chien est le premier animal domestiqué par l’homme. Aussi il est assez logique qu’il soit aussi un compagnon pour certaines divinités voire des dieux eux-mêmes.

D’abord compagnon de chasse, le chien s’est rapidement distingué par son attachement à l’homme à sa capacité à lui venir en aide. Fin 19ème, début 20ème, des nouvelles ou récits sur des chiens sauvant des hommes plus ou moins basés sur des faits réels, le chien atteint le statut de protagoniste à part entière voire de héros.

Dès 1910, « Jean», un berger allemand devient la star d’une série de films muets.

13592826_10154262577469590_4636254447571361241_n

Stubby

 

La première guerre mondiale donne l’occasion à plusieurs chiens l’occasion de se distinguer. On citera par exemple Stubby qui servit dix-huit mois dans le 102e régiment d’infanterie de la 26e division d’infanterie (Yankee), dans les tranchées du nord de la France.

 

strongheart

Strongheart, le premier WonderDog ?

En 1921, la niche cinéma est occupée par « Strongheart », encore un berger allemand dont les aventures seront l’objet de plusieurs films. Sa popularité sera éclipsée par l’arrivée de Rin-tin-tin en 1923 (qui sera suivie par une meute impressionnante)

Si les bergers allemands jouent les stars durant l’entre-deux guerre, les colleys ne sont en reste. « Lad, a dog » (un colley) fait, dés 1919, l’objet d’une série de romans à succès.Golden-Eyes-and-Uncle-Sam-1918

Uncle Sam, fidèle compagnon de l’héroïne Golden Eyes dont les aventures se situent durant la première guerre mondiale (1918).

lassie_come_home_ver2_xlg

En 1940 parait « Lassie Come Home », un roman basée sur une nouvelle de 1859 « The Half-brothers ». Adapté au cinéma en 1943, Lassie deviendra un phénomène à son tour enchainant les films et ayant sa série radiophonique tout comme Rin-tin-tin. Rin-tin-tin comme Lassie n’auront droit à leur comics qu’à la fin des années 40

Entre les Bergers allemands et les colleys d’autres stars canines obtiennent leurs lettres de noblesse au cinéma en peut citer le fox terrier « Skippy » ou les pit bulls Pal et son fils Pete.

Il faudra du temps pour qu’on passe du chien héros au chien-super-héros. Dés 1936, le Phantom a lui même un compagnon canin ou lupin plutôt (pas le chien de Mickey) : Devil.

Coté comics, on note l’apparition de « Rag-a-tang the wonderdog » dés novembre 1939 dans Blue-Ribbon Comics #1 (et jusqu’au #22). Il ne s’agit pas encore d’un super-chien mais on s’en approche.

Non, pas Rin-Tin-Tin : « Rang -A -Tan » on vous dit

(Toujours en 1939, un comics parodique sur Superman « Sun Fun Komiks #1 » affublerait le héros d’un chien sidekick nommé Beelzebub – le comics étant extrêmement rare, il est impossible d’en savoir plus).

Fin 1942 : Bulletman affronte une bande de chien voleurs radiocommandés, le numéro suivant apparait « Bulletdog, the amazing canine Cop » qui comme son maitre peut voler grâce à un dispositif anti-gravité dans son collier. On peut donc parler du premier chien à super-pouvoirs.

Il sera suivi en 1944 : Robbie the robotdog, compagnon de Robotman …

… et en 1948 de Streak, chien du Green Lantern originel (ce chien sans pouvoir particuliers qui piquera même la vedette à son maitre sur les derniers numéros en inversant presque son rôle de sidekick avec son maitre)

Entre temps, un nouveau type de chien fait son apparition, le chien-soldat. Les chiens ont déjà montré leur efficacité notamment messager et soutien psychologique lors de la première guerre mondiale. En aout 1942, l’armée US crée une section canine officielle le « K-9 Corps »

En 1945 : Captain Future est aidé par ces chiens soldats dans Startling Comics #34.

En 1952, un comics leur sera même consacré « War dog of the US Army »

1950 : Apparition d’Elmo The wonderdog– Toujours sans pouvoir, ce Danois sert de destrier à Dollman (Dollman #31 – December 1950)

 

 

 

1952 : Début de « The Adventures of Rex the Wonder Dog #1″ qui durera de 1952 à 1959. Fortement inspiré par Streak, Rex fait montre de capacités humaines et au fur et à mesure de super-pouvoirs dues à la « Fountain of Youth ».

 

 

 

 

 

 

1955 : Année Super-canine, car elle voit les apparitions de « Ace the Hound-dog », le bat-chien de Batman et de « Krypto the Superdog« .


Krypton sera tellement plébiscité, qu’il sera rejoint par une équipe de super-chiens Space Canine Patrol Agents équivalent de la Légion des super-héros avec dans ses rangs un « Collie-Chameleon ». On aura également droit au père de Krypto, à un kryptonite-dog et même au chien super vilain de Lex Luthor.
Krypto se transformera même en Colley sous l’effet de la kryptonite rouge.

2a6f520dae19ddd183e1affa1dc0ddd1
La mode des super-chiens s’estompera mais l’univers DC reste marqué par ces super-pets. Ces derniers font d’ailleurs leurs réapparitions depuis quelques années.



Marvelous Wonder Dogs


Contrairement à DC ou à d’autres éditeurs, Timely/Atlas n’a pas accueilli de chien-compagnon de héros dans ses titres. On peut citer un vilain qui se déguise en chien dans Captain América #10 (librement inspiré du « Chien des Baskerville »).

C’est aussi un chien qui teste la potion qui transforme « The Terror »; il acquiert les pouvoirs du héros mais meurt rapidement. (Mystic Comics # 5 – March 1941)
Et c’est tout ce que j’ai pu relever.

Pourtant le K-9 Corps aurait pu inspirer les auteurs pour donner un chien à Captain America par exemple, franchement un Collie-berty ou un Ameridog, ça aurait eu de la gueule.

Tous les titres de Superhéros ayant disparu à l’époque du sucés de la Krypto-family, on ne trouvera pas plus tard de super-chiens dans le silver age de Marvel.

tools

Les super-pets devenus ringards, personne ne songe à en incorporer par la suite à l’exception de Lockjaw le chien de Inhumans qui malgré ses pouvoirs n’a rien d’un superdog.

En 1970, Red wolf a aussi un compagnon à 4 pattes : Lobo. Si les attributs du loup se prêtent mieux aux super-pets que ceux du chien, Marvel crée malgré tout un vilain basé sur les caractéristiques du chien pour s’opposer à Hellcat (son ex-mari en l’occurrence) : Mad-dog. (1972)

Il faudra attendre 1991, pour voir une version moderne et non-parodique du chien side-kick (encore qu’on puisse se demander s’il n’est pas une réponse à la nouvelle incarnation molossoïde de « Ace, the hound dog » dans Batman # 464 de juin 1991) : Max, un Rotweiller compagnon du Punisher (Punisher # 54 – Nov 1991).

Normie_(Earth1611)

Normie, le chien de Sentry – Clin d’œil au SuperDogs de DC (tout comme Dog-Pool)

 

dogpool3

 

 

 

Pour le coup, le récent « Pizza Dog » de Hawkeye même s’il suit une longue tradition de « compagnon du héros » est un cas assez peu courant chez Marvel.


Sim Theury
Première version de cet article originellement publiée sur Buzzcomics.net
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s