La belle verte !

Marvel Graphic Novel #18 : The Sensational She-Hulk – 1985

John Byrne / John Byrne / Kim DeMulder

Le comité directeur du Shield ordonne à Fury de capturer She-Hulk pour s’assurer qu’elle ne présente pas de risques pour la sécurité (comme son cousin Hulk). Les ordres viennent d’en haut et Nick ne peut s’y opposer. Furieux, il quitte le Shield pour prendre quelques jours de congés.

Sans se douter de ce qui se trame, She-Hulk et son boyfriend Wyatt Wingfoot partent pour voir un spectacle à Greenwich Village.

A peine arrivés, ils sont attaqués par un commando de Mandroïds qui lui ordonnent de se rendre et de les suivre.

Les hommes en armure ne font pas le poids et sont vite mis au tapis. Mais soudain, l’ensemble des personnes situées dans la zone de combat sont téléportés à bord de l’héliporteur du SHIELD, civils compris.

She-hulk et Wyatt tentent de s’échapper mais sont vite rattrapés. Dans la confusion, un des civils à l’allure étrange en profite pour quitter la troupe.

L’agent Dooley ordonne à She-Hulk de se déshabiller pour vérifier qu’elle n’est pas armée.

Dum Dum Dugan arrive et désavoue Dooley pour avoir outrepasser les ordres. Cette procédure doit être faite dans une pièce à part par un agent du même sexe.

Mais Dum Dum ne peut pas s’opposer très longtemps à Dooley car il a l’aval de Washingtown pour mener à bien sa mission.

Les examens humiliants continuent donc pour She-Hulk qui obtempère pour qu’on ne fasse pas de mal à Wyatt.

Après 5 heures d’analyse, She-Hulk est reconduite inconsciente à sa cellule.



« I’ve been poked and prodded and probed in places I didn’t know I had »

Visiblement très remuée, elle prend sur elle et sort de sa cellule en redevant Jennifer Walters. Sous cette forme, elle cherche un moyen de fuite pour elle et Wyatt. Elle ne reste pas incognito très longtemps et doit reprendre sa forme verte pour échapper à ses poursuivants.


Dooley entend l’alarme et se précipite dans les couloirs. Malheureusement pour lui, il tombe sur le mystérieux personnage. Celui-ci l’étreint mortellement avant de se vider littéralement

Cet homme mystérieux était en fait contrôlé par une entité formée d’un groupe d’insectes. Dooley est maintenant sous le pouvoir mental d’une intelligence collective d’une colonie de cafards !
Ce groupe compte faire écraser l’hélicarrier pour prouver sa puissance au monde.

Dooley s’enferme dans la salle des commandes et manœuvre de façon à faire chuter le vaisseau.

L’ensemble de l’Helicarrier penche.

Les agents du Shield n’ont d’autres choix que de faire confiance à She-Hulk pour tenter d’intervenir et empêcher la catastrophe. Les avions posés sur le toit se sont déjà crashé au sol sans faire de victimes heureusement.

She-hulk accède à la salle des commandes par l’extérieur. Dooley l’attaque par surprise. Balancé contre un mur, son corps se disloque en laissant sortir des milliers de cafards.

Il est malheureusement trop tard pour l’hélicarrier et la plupart des agents évacuent le vaisseau à bord de petites navettes.

She-Hulk doit récupérer Wyatt et le temps presse. Sentant qu’ils ne pourront pas évacuer à temps, Gaffer, le scientifique tente une ultime manœuvre qui amortit la chute de l’Hélicarrier.

Tout le monde s’en sort mais le vaisseau et complètement détruit.

Pour autant le danger est toujours présent : le réacteur nucléaire qui fournissait l’énergie est sur le point d’exploser. La zone de déflagration n’offre aucune possibilité de fuite. Le temps presse et seule une personne déjà exposée à la radioactivité peut s’approcher du réacteur pour le désamorcer : She-Hulk
L’héroïne descend dans les entrailles du vaisseau pour atteindre le cœur du réacteur. Mais la colonie de cafards l’y attend et la prend d’assaut.

Ni les radiations, ni les cafards n’auront raison de la géante verte qui ressort victorieuse de l’amas de ferraille.

Quelques temps plus tard, She-Hulk subit encore des examens mais cette fois pour évaluer sa santé après cette dose massive de radiations. Le diagnostic du Dr Richards est sans appel : She-Hulk va bien mais elle ne pourra jamais redevenir Jennifer.

Ce qui ne semble pas émouvoir la principale intéressée.

De retour chez elle, elle est surtout préoccupée par ce groupe de cafards intelligents et se demande bien comment ils ont pu savoir où et quand se trouver pour être téléportés dans l’Hélicarrier.

La belle grande géante

« Et dire que pendant ce temps là, en France, on se tapait « L’effet Aladin » en Top BD ! » Je crois que c’est la première pensée qui m’est venue à la fin de la lecture.

Graphiquement et commercialement tout aurait du pousser Lug a traduire « The Sensational She-Hulk » tant Byrne y est en forme. Mais évidemment si on creuse un peu, on comprend vite ce qui a pu freiner la maison d’édition Lyonnaise dans la traduction de cette histoire.

Les hommes préfèrent les vertes.

On pense d’abord au problème qu’aurait posé le ton ouvertement sexy que Byrne donne à sa She-Hulk par ses poses, ses costumes ou son absence de costume. Le personnage est résolument adulte et sexualisé, ce qui s’exprime notamment par sa relation avec Wyatt.

Cet angle adulte donnant plus de liberté au scénariste était d’ailleurs ce qui devait différencier les « Marvel Graphic Novel » du reste des comics « classiques ». Cette marge de manœuvre trouva malheureusement vite ses limites.


Byrne avait prévu une scène relativement soft de Wyatt et She-Hulk au lit. Vu qu’une situation identique avait été permise pour « Dazzler : The movie », il ne pensait pas que cela poserait problème. Mais Byrne se heurta au refus de Shooter et du supprimer la planche ci-dessus.

wth


La manière dont She-Hulk est traitée par le Shield comporte également un aspect dérangeant. Les examens humiliants qu’elle doit subir contre son gré, au mépris de ses droits, apparaissent comme un acte proche d’un viol. Cette idée d’une dérive autoritaire au nom de la sécurité nationale fait curieusement écho aux réactions paranoïaques américaines après les attentats du 11/09.

« Onan the Barbarian » ^^


Pour finir la scène où She-Hulk découvre que les agents de SHIELD se matent les films de ses examens renvoie une sorte mise en abime du voyeurisme du lecteur qui se délectait sans doute des images de She-Hulk en petite tenue.

Tout ceci est enrobé d’humour mais laisse un arrière-goût un peu acide.

She-Hulk Vs SHIELD

Cette histoire pose également les prémices des événements de « Nick Fury Vs SHIELD » en 1988 (Haras/Neary/DeMulder). La mini-série commence d’ailleurs par une visite de Helicarrier en ruine et à une récupération de la pile nucléaire que She-Hulk avait pourtant désactivée.

On assiste d’ailleurs à la première apparition du Board Of Directors sous la forme d’écrans floutés. Il a toujours été question de ce groupe sans qu’on le mette vraiment en avant. Cette représentation sera reprise par Haras tout comme l’idée que ce groupe se soient éloignés des idéaux auxquels Fury croit.

Si on mixe les deux histoires, on a d’ailleurs la trame de “Captain America – The Winter soldier” avec la destruction du Shield de l’intérieur et le crash de l’Helicarrier en final

Pour l’anecdote, Byrne avait comme principale motivation ce fameux Crash qu’il jugeait complètement loupé dans Godzilla #10 (En fait le crash du « Behemoth » – un petit Helicarrier)

godzillafight5g

Si l’histoire est très plaisante à lire sur pas mal d’aspects, elle n’en comporte pas moins de gros défauts comme, le curieux départ de Fury, l’origine inconnue de cette intelligence collective de cafards et son coté un peu ridicule. (encore que certains y voient un complot mondial ^^)

Aucune explication n’est donnée au but de cette série de tests, aux conséquences que cela pourrait avoir (Jennifer Walters est avocate après tout). Alors évidemment, d’un point de la continuité, on sait que le SHIELD était dirigé par les Deltites à l’époque ce qui peut expliquer ces dérives mais bon ..)

Dans une interview, Kim DeMulder explique que cette MGN était prévu comme une série limitée plus longue d’où cette impression d’inachevée.

Nipplegate

Avant Janet Jackson au Superbowl, le nipplegate s’invite dans cette histoire de She-hulk pourtant non soumise au Comics Code Authority. Voit-on ou non les tétons de She-Hulk ?
Les réponses de Byrne et DeMulder: ici .


La polémique  Byrne / téton avait déjà fait parler d’elle avec les rééditions en NB des essentials X-Men où l’encrage une fois disparu dévoile un sein nu de Storm.

stormnipples

sexystorm2

Depuis 1954, le comics code  interdisait toute nudité ou pose suggestive ou indécente ce qui vaudra un rhabillage en bonne et due forme de toute la gente féminine

La censure est tellement présente dans les esprits que, même des années plus tard, les récits adultes non soumis au Comics Code se limitent eux-mêmes dans la nudité.

kj

The Killing Joke version initiale et retouchée.

Et pour les hommes, il semble que la représentation des tétons ait aussi posé problème.  Charles Atlas fera disparaitre les tétons dans ses pubs et les torses viriles de nos héros se seront pas toujours équipés de tétons dardants.

cap-11a

Il faudra des artistes comme Barry Windsor Smith sur Conan pour que les tétons masculins s’émancipent. Paradoxalement dans les cas où les tétons sont cachés par des armures, on les ajoutera.^^

tumblr_static_tumblr_static__640

maxresdefault

Quand y’en plus, y’en a encore.

Byrne explique s’être inspiré de photos de bodybuildeuses célèbres à l’époque pour la couverture. Cette photo de Cory Everson en est assez proche


Bonus (et après j’arrête) Une couverture alternative exécutée par Byrne récemment.

Sim Theury

Ce billet est dédicacé à Marc-Bouzouk. Je pense que t’aurais aimé ça buddy ^^

Publicités

Une réflexion sur “La belle verte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s