Shamballa !

Doctor Strange : Into Shamballa  – Marvel Graphic Novel – 1986

JM DeMatteis & Dan Green / Dan Green / Dan green – Lettrage Ken Bruzenak
Couverture : Dan Green

Le Docteur vient rendre hommage à son maître (The Ancient One) dans son ancien temple dans l’Himalaya. L’ex serviteur de l’Ancient, Hamir, lui remet un cadeau posthume de la part de leur maître commun. Le présent est une boite cubique dont les parois intérieures sont des miroirs.


Après 40 jours de recherche, Strange ne parvient pas à percer le secret de cette boite. Mais il prend soudain conscience que les miroirs ne sont là que pour lui rappeler que la « réalité a plus de peau qu’un serpent, que chaque peau est une réalité, et chaque réalité est une illusion. »

Cette révélation l’amène brutalement à un autre niveau de conscience, dans une autre réalité, le saint des saints, le paradis sur terre: Shamballa !

La tour des esprits fusionnés des grands maîtres du Shamballa lui présente sa mission : réussir trois épreuves qui amèneront un nouvel age d’or sur Terre. Il lui indique aussi que le préambule à cette nouvelle aube sera la dévastation et la mort des trois quarts de l’humanité. Strange doute mais la voix de son ancien Maître lui souffle d’accepter.

Le but des trois épreuves est de réparer le réseau d’énergie de la Terre :le système de Ley. Ce système est comme le réseau sanguin du corps humain mais affaibli, obstrué, nécrosé il ne permet plus à la terre de se régénérer.

Strange doit réparer les trois points névralgiques de ces artères cosmiques.

Le premier de ces points se situe en Amérique du Sud au temple de Quetzalcóatl.

Ce temple ainsi que cette civilisation furent bâtis par les descendants d’Atlantis après la chute de leur cité

Strange repousse les attaques de Mâyâ, la déesse indienne de l’illusion qui s’oppose à ce nouvel age d’or où son pouvoir s’éteindra.

Le Docteur réussit néanmoins à réactiver ce point d’énergie.

Pour sa seconde épreuve, il est téléporté dans un temple indien créé par les survivants de la cité disparue de Mu.

Cette fois, Maya tente de stopper Strange par un piège indirect : la luxure. Les dizaines statues féminines du temple prennent vie et invitent Stephen à goûter aux plaisirs de la chair.

Strange craque et active un sortilège qui lui permet de créer plusieurs douzaines de copies de sa personne. Tous ces corps s’abandonnent dans la volupté.

Une voix sort Strange de sa douce torpeur qui rompt l’illusion et ranime le second point d’énergie.

La troisième épreuve l’envoie en Grande Bretagne à Dorrington Lincolnshire sur un point névralgique où se dressent les restes d’une église saxonne.

L’endroit était un ancien lieu de culte païen célébré par des druides.

Alors que Strange se perd dans le labyrinthe qui entoure l’église, il se retrouve face à ses démons intérieurs qui l’amènent devant Mâyâ en personne.

Elle tente de le convaincre de ne pas finaliser sa quête qui verrait la destruction de tout ce que l’homme a pu bâtir durant des siècles.

Strange abandonne mais au dernier moment lance malgré tout le sortilège qui enclenche le système de Ley à nouveau.

Le cataclysme et la purification prédits par les maîtres de Shamballa ont bien lieu mais ils se déroulent dans le cœur et l’âme de chaque homme sur terre.

Seul le Docteur a compris au dernier moment ce qui aller arriver. Même la tour des esprits du Shamballa comprend que l’enjeu de cette quête leur a toujours échappé, qu’il y a des maîtres encore plus haut qu’eux et elle se dissout.

Stephen réalise à ce moment que la voix de son maître ne venait pas de cet amalgame d’esprits mais de lui-même.

Epilogue : De retour dans les montagnes Himalayennes, Strange cherche à comprendre le but de cette aventure. Hamir lui révèle que c’est lui qui l’a conduit dans cette épreuve et qui l’a guidé.
The Ancient One a légué ses pouvoirs à Strange mais il a légué sa sagesse et son esprit à Hamir.

Dans une fusion mystique, il lui fait entrevoir « la vérité » qui s’échappe déjà de son esprit.

Hamir lui rappelle simplement de ne pas oublier que
l’Age d’Or est aujourd’hui sur Terre et que nous sommes tous les maîtres du Shamballa


« Nos cœurs y croient, Shamballa-balla, Shamballa-balla »

De Matteis est un grand malade. J’ai du m’accrocher pour vous faire un résumé de cette histoire tant elle est complexe et bourrée de références mythologiques, spirituelles….

Toutes les explications sont données par la voie d’un narrateur dont on apprend l’identité qu’à la fin. Il doit y avoir un dizaine de phylactères; tout le reste du texte est calligraphié.

Les délires mystico-religieux de De Matteis s’expriment ici pleinement. J’aurais pu passer ma journée à traquer et expliquer les références aux différentes croyances et concepts évoqués.

Heureusement pour lui, la partie graphique est confiée à Dan Green dont on connaît plus ses travaux d’encreur. Green impressionne par son travail à l’aquarelle et livre des planches superbes qui souvent se suffisent à elles mêmes.

Pour l’anecdote, Hamir est apparu pour la première fois dans Strange Tales # 130 mais on ne connaîtra son nom qu’à partir du # 141. Il s’agit de l’intendant du Ancient One. Son fils Wong sert lui aussi le Docteur Strange. Leur famille a juré de servir les Sorciers suprêmes depuis des décennies.

Bref, si les image que vous avez vu vous plaisent : sautez sur cette Graphic Novel si vous la voyez un jour. En espérant une traduction en France bientôt.


Sim Theury

Publicités

2 réflexions sur “Shamballa !

  1. Pingback: uSC#038 – Dr Strange, l’aura de Gaïa et la magie de la catastrophe – (un)Spoiled Comics – Chroniques Ecologeek

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s