Un diable, un démon et un jeune dieu

Daredevil # 138 (vol 1) February 1976

Marv Wolfman / John Byrne / Jim Mooney – Couverture : Gene Colan /Tom Palmer

Au « Los Angeles Science Institute », Daredevil débarque en plein cambriolage des laboratoires par un nouveau vilain : le Smasher ! (ne pouffez pas).
sans-titre-1a-copier

Que fait notre héros dans cette galère ? C’est simple : Karen Page, qui anime un show TV à Los Angeles, a été enlevée par le StuntMaster un vieil adversaire assagi depuis (et la star du show TV qui plus est).

sans-titre-2a-copier
Son enquête l’a amené à découvrir que « Death Head » (encore un ex-ennemi) a commandité l’enlèvement (ne me demandez pas comment il a fait).

[L’origine de ces évènements est relatée dans Ghost rider (vol II) # 18 et 19 – note du gars qui écrit-]

Death’s Head était le père de Karen Page, le Docteur Paxton Page, un scientifique victime de ses travaux sur la bombe à cobalt. On le croyait mort, englouti par une coulée de cobalt en fusion après un combat contre DD. [DD v1 # 56-57]

A la recherche de Tête de mort, Tête à cornes s’est donc rendu aux ex-laboratoires du père de Karen dans l’espoir d’une piste (ce qui nous ramène au début de l’histoire)

Entre deux paires de baffes, le Smasher lui confirme qu’il bosse pour le Death Head.


Deux contre un , c’est pas du jeu !

Le Smasher n’est pas très fin mais un gars qui démolit des coffres à mains nues peut faire des dégâts. DD se fait surprendre et tombe à terre. Le Mr muscle à 3 neurones en profite pour récupérer les documents qu’il était venu chercher et emmène DD inconscient avec lui pour l’apporter à son patron.


« y’en a 70 kg de plus, je laisse ? »

De son coté, Johnny Blaze aka Ghost Rider lui aussi veut retrouver Karen Page. Johnny travaille comme cascadeur pour l’émission TV de Karen. Il connaît le StuntMaster et ne comprend pas son geste. En cours de route, il se transforme en Ghost Rider et intercepte des trafiquants de drogue qui cachaient leur came dans des tapis.

daredevil-138-08
Johnny ne l’aurait jamais deviné tout seul mais il se transforme automatiquement en Ghost Rider en présence du danger ou d’un acte malveillant. (super pratique). Mais le Stuntmaster qui suivait Johnny discrètement découvre sa double identité.

Dans sa prison dorée, Karen parle enfin à son kidnappeur par écran interposé. Death’s Head cherche à savoir où le père de Karen a caché ces travaux sur les déplacements transdimensionnels.


« Death Head, le vilain qui envahissait les cases de bulles »

Ouch, DD se réveille douloureusement après sa pâté contre le Smasher. Enfermé dans une pièce sombre, il est entouré de mitraillettes automatiques dont il se débarrasse grâce à son billy-club et s’enfuit.

sans-titre-3a-copier
sans-titre-4-acopier
Libre, il commence l’exploration de son lieu de détention. Il retrouve Karen qui manque de gaffer en prononçant son prénom. Leurs retrouvailles sont écourtées par un Death Head déchaîné et frustré de n’avoir rien obtenu de Karen.

 sans-titre-5a-copier

En parallèle, le Stuntmaster se décide à affronter Johnny. Mais avant le combat, il calme le jeu en expliquant que la Tête de Mort à Chwal l’a manipulé mentalement pour le forcer à cet enlèvement et qu’il est innocent (promis, juré, parole de scout !).

Il le prouve en menant Ghost Rider jusqu’au repère du méchant. Dans ce fameux repère le combat fait rage entre DD et DH. La voix de Death Head éveille les soupçons de Matt qu’en à sa véritable identité. Il n’a pas le temps de terminer sa réflexion que le cavalier squelettique l’empoigne et appose sur lui son toucher mortel.


Bon, en théorie, la bienséance veut qu’on laisse les chevaux hors des salles à manger

Le suspens est à son comble, DD entre les griffes mortelles de Death-Head sera t-il sauvé par Ghost Rider ou ce dernier devra t-il l’enterrer au fond de son jardin comme un p’tit chat écrasé ?

Ghost Rider # 20 (vol 2) February 1976

Marv Wolfman / John Byrne & Don Perlin – Couverture : Gil Kane / Klaus Janson

Le comics commence par une redite d’une partie des événements du DD #138, le Stuntmaster se décide à affronter Johnny. Mais avant le combat, il calme le jeu en expliquant que la Tête de Mort à Ch’wal l’a manipulé mentalement pour le forcer à cet enlèvement et qu’il est innocent. En partie convaincu, Ghost Rider se laisse conduire au repaire de Death-Head par le Motard cascadeur.


A comparer avec la même scène dans Daredevil # 138.

Le tandem arrive dans le manoir du Death-Head au moment où il tient DD en son pouvoir.
Cette distraction permet à DD de se libérer de l’emprise du squelette à cheval.

sans-titre-6-copier

sans-titre-7-copier

Face à ce trio surprise, Tête de mort prend la fuite poursuit par Ghost Rider pendant que DD réconforte Karen et que Stuntmaster tient la chandelle.

Death Head se fait la malle en disparaissant dans les airs avec son canasson laissant Ghost Rider reprendre sa forme humaine.

Se sentant de trop le Stuntmaster prend congés juste après avoir fait définitivement la paix avec DD.

Matt et Karen peuvent faire un point sur leur relation.. Karen est partie car elle ne pouvait pas supporter de savoir Matt constamment en danger, rien n’a changé. De son coté, DD a retrouvé l’amour auprès de Heather Glenn. Les deux ex-amants arrivent à la conclusion que leur séparation aussi douloureuse fut elle était inévitable. Ils s’aimeront toujours mais en amis.


Une des cases les plus réussies

L’arrivée de Johnny Blaze sort l’histoire du mélo guimauve. DD refuse l’aide de Johnny mais le motard ne se démonte pas et insiste. (Le temps de passer un petit coucou à sa copine et c’est repartit)

Johnny Blaze parti, Matt et Karen décident d’aller faire un petit tour dans le parc en pleine nuit pour évacuer le stress (mais bien sur).

sans-titre-8-copier

Devinez qui arrivent : Death head et le Smasher qui semblent bien décidés à en finir.

sans-titre-9-copier

Le Smasher se saisit de Karen et envoie Matt dans les buissons (pratique pour enfiler ses collants rouges). Le combat nocturne commence. Death Head menace DD de son toucher mortel mais tête à cornes balance Smasher contre sa main. Le Smasher meurt foudroyé. DD a la preuve que ce Death Head n’est pas le père de Karen mais en fait le Death Stalker, un vieil ennemi.


Mais où est passé le chwal ?

Il cherche toujours à savoir si Karen n’a pas enfoui dans son esprit, l’information qu’il recherche sur les travaux interdimensionnels de son père.

DD lui explique que le FBI a effacé toute trace d’information de son esprit après la mort de son père.

Ca lui plait pas trop au DeathStalker ! Il décide de passer ses nerfs sur DD, qui évite ses attaques mais n’arrive jamais à le saisir puisqu’il peut se rendre intangible et se téléporter. Ghost Rider fait alors son entrée, se jette sur Death Stalker dont le toucher mortel se semble pas l’affecter. (l’est pas vraiment humain, le bougre).

sans-titre-10-copier

Comble de malheur pour Death Stalker le feu infernal du cavalier fantôme le touche de plein fouet et le réduit en cendres.


… Burn ! Motherfucker, Burn !…

Apparemment débarrassés de cette menace, Johnny embarque Karen sur sa moto après un dernier au revoir avec DD .

sans-titre-11-copier

TÊTES DE MORT

Imbriqué entre le Ghost rider # 19 et 20, Daredevil #138 est l’un des seuls « vrais » crossover du titre depuis sa création.  Marv Wolfman scénariste de DD est aussi ‘editor’ de Ghost Rider depuis le # 14. Karen Page, l’ex de Matt, apparaît régulièrement dans les pages du motard fantôme depuis le # 13, le StuntMaster ex-adversaire de DD, est présent lui aussi depuis le # 8.

On ne se débarrasse pas aussi facilement de ces « ex » et une rencontre des deux titres était inévitable. Malheureusement la transition entre le Ghost Rider # 18 et ce numéro est quelque peu elliptique.  Pas la moindre explication n’est donnée sur ce qui amène Matt à faire le lien avec DeathHead et sur sa piste jusqu’au labo. Les origines et motivations du Smasher passent allègrement à la trappe. A peine sait-on qu’il craint le toucher mortel de son patron (encore un histoire d’attouchement, c’est du beau).


Le terrible Smasher !! (et il fait ‘ouvre-boite’ aussi)

Si on passe outre son introduction un peu abrupte, l’histoire en elle-même est plutôt sympathique. Comme à son habitude, Marv distille très correctement les scènes d’action et les échanges entre les personnages. Il fait revenir quelques anciennes connaissances, des personnages oubliés et parvient à brouiller habilement les pistes. Marv en fait parfois un peu trop avec les réflexions de DD sur ses sentiments envers Karen (il ne pense qu’à ça tout le long du comics, qu’elle que soit la situation).


On assiste ému aux premiers travaux de Byrne pour Marvel. John travaille sur sa première série « Iron Fist » quand il dessine cet épisode.

Son style est encore un peu maladroit, les postures sont parfois gauches et les personnages un peu empâtés, ralentissant les effets de mouvement. Ce trait trop souple, un peu mou doit aussi à l’encrage d’un Jim Mooney à la patte tout en rondeur.

Mais on reconnaît déjà ses qualités graphiques, des visages expressifs, des décors détaillés, des planches dynamiques aux « prises de vues » et découpages originaux. Globalement ces planches sont plus lisibles que certains de ses « Champions » qu’il dessinera ensuite.

Scénariste de passage sur Ghost Rider #20 , Wolfman continue la construction de son DDverse. Retour de Karen Page, la « paix » avec le Stuntmaster, la fausse piste du Death Head (initialement le père de Karen) et le retour du DeathStalker. Ghost rider fait figure d’invité dans sa propre série.  Wolfman sera le seul scénariste à faire revenir Karen Page depuis son départ pour Hollywood. On la retrouve comme présentatrice TV, un signe involontairement annonciateur de sa dégringolade à venir.

Le Death Stalker fait aussi son come-back de manière assez surprenante. (Dommage que la couverture gâche la surprise). Wolfman devait bien avoir une idée derrière la tête avec cette histoire de recherche sur les dimensions parallèles (sans doute car le DS se téléporte à volonté). Il n’aura pas eu l’occasion de l’expliciter puisqu’il quitte la série au Daredevil # 143.  L’histoire, classique, est assez divertissante malgré une rencontre manquée entre DD et Ghost Rider (si seulement ils n’avaient pas perdu trois pages sur 17 pour résumer l’épisode précédent).

gr20

Des déceptions aussi, coté dessins : le jeune John Byrne est toujours au dessin avec Don Perlin en renfort. ( » Artists Byrne & Perlin » comme crédits laisse penser que Perlin a fait plus qu’un simple travail d’encreur).

Le résultat est très en dessous du DD # 138 avec un découpage dans l’ensemble moins original que le précédent épisode.


« S’il te plait Mr Perlin, arrêtes les comics »

Le comics alterne quelques bons moments avec des cases aux poses statiques, à l’encrage approximatif, visages inexpressifs. La pauvre Karen se retrouve avec un strabisme prononcé une case sur deux.

Lost in translation

LUG ne publiera pas Daredevil 138 dans Strange. Encore un squelette vivant plutôt chiant pour la censure et surtout un crossover qui demandait l’achat des droits pour un numéro déjà traduit en France depuis 3 ans.8)

Les deux dernières pages du DD #137 où Matt apprend l’enlèvement de Karen à la TV passeront à l’as. Dommage que l’une des deux pages soit aussi le bel épilogue de la saga du Jester sur la manipulation des masses par les médias.

-Contrairement à ce qui a était dit, Daredevil #138 n’a pas été traduit dans un « Etranges Aventures. » (y’a eu confusion avec le Ghost Rider # 20  )

Le Stuntmaster traînera encore pendant quelques numéros dans Ghost Rider (# 22, 23, 25) avant de tomber dans les limbes Marveliennes. Kurt Busiek viendra le sauver de l’oubli total avec une apparition dans Avengers (Vol III) # 10 & 11

Le Smasher qui meurt dans cet épisode se verra remplacé un second à la carrière encore plus courte mais moins fatale dans Daredevil # 149 . Le seul point intéressant est que le Death-Stalker lui même lui a donné ses pouvoirs.

Karen Page apparaît pendant encore quelques temps dans les pages de Ghost Rider (# 21, 22, 25, 26) puis selon le MCP, elle fera ses deux dernières apparitions dans Marvel Two-in-One # 46 et Marvel Team-up annual # 3….avant son retour par Miller dans Daredevil # 327 pour le cycle Born Again.

Sim Theury

Publicités

2 réflexions sur “Un diable, un démon et un jeune dieu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s